Mon Service Volontaire Européen à Besançon

La principale motivation pour laquelle je suis au volontariat en France c’est d’avoir l’opportunité de m’épanouir et de réussir à rester en France à la fin de mon projet. Aussi je voulais ressentir encore une fois ce que j’avais déjà senti en Erasmus + : ce d’être un étranger, dans un pays que ce n’est pas le tien. Cela c’est un sentiment très particulier.

Tout le monde c’est très intéressé sur ta vie, ils te demandent des conseils pour quand ils aillent à ton pays d’origine : quelles villes visiter, quels plats typiques manger, où tu peux aller à faire la fête, etc. Suivant il arrive la question économique, la religion, les habitudes culturales de chaque pays. En gros, ça devient une conversation très intéressante que tu peux partager avec n’importe qui.

J’avais une idée à peu près de ce que serait mon Service Volontaire : comme n’importe quel travail mais sans être payé. « Au moins, pensais-je, on va gagner comme si on était dans un travail normal en Espagne ». Cependant je dois dire que cela a été encore mieux de ce que j’ai espéré. Maintenant je peux dire que dans cette partie de la France, dans mon travail au sein des associations où je me trouve, la convivialité, le respect, l’égalité et l’intégration existent en sa meilleure expression.
C’est tellement différent de tout ce que je connais. En Espagne, en Madrid, où je viens, les gens ne sont pas comme ça. Tout le monde parle de l’ouverts que sommes nous, les espagnols ; mais c’est un blague. Là j’ai vécu la vrai générosité, l’hospitalité, le respect ; sur moi et sur les autres. Cette ville, même si elle est petite, elle a de la force, de la jeunesse, de l’ambiance et des personnes qui ne se ferment pas. Les connaissances et le partage avec ont étés pour moi le plus important.

Bientôt on va finir cette période, mais on espère de ce qui arrive soit une bonne continuation de ce qu’était le début d’une nouvelle vie. Comment pourrait-il en être autrement, je resterai là.

Jorge