Un café pédagogique sur les élections européennes

L´Union Européenne, pour des nombreux citoyens, est une institution lontaine et mystérieuse, terreaux sur lequel fructifient les argumentaires anti-europééns et nationalistes.

Faisant suite au Brexit une multitude de courants nationalistes dans les différents pays européens revendiquent la sortie de l´Union Européenne (UE), en Hongrie, en France, en Allemagne. La dénomination de ces mouvements peut au premier abord prêter à sourire. Frexit, Allemagnexit, Hongriexit? Le site Qz.com est alors venu « au secours » pour libérer la créativité de ceux qui souhaitent la sortie des États membres de l’UE. Pour la France, ils présentent „Fraurevoir“, „Adiue“ ou „Oui out“, la République tchèque pourrait revendiquer un „Tchèque-out“, et pourquoi pas de „Retirelande“?
Et pourtant, les idéologies défendues par les partis qui propagent l´esprit séparatiste que ces jeux-de-mots recouvrent sont de nature beaucoup plus sérieuse. L´Union Européenne d’aujourd’hui se voit confrontée à un essor du populisme inspiré des idées de l´extrême droite: En Hongrie et en Pologne, les réformes judiciaires effectuées par les gouvernements de l’extrême droite portent atteinte à la séparation de pouvoirs et au principe de l´État de droit, « l’Alternative pour l’Allemagne », parti qui tient actuellement 14 % au Parlement allemand, compte des membres qui nient publiquement l’holocauste, en Pologne, il y a des tentatives incessantes pour faire reculer les droits reproductifs des femmes en Pologne dont la dernière en 2018 pour interdire l’avortement.
Souvent, le terme « populiste » est utilisé pour désigner des partis nationalistes et anti-européens mais, plus généralement, le populisme est une idéologie qui propose une grille de lecture et de compréhension du monde simpliste et qui rencontre un franc succès face à des démocraties technicisées, financiarisées, qui ont du mal à proposer un autre horizon que celui de l’austérité portée par les populations et pas par les groupes économiques qui concentrent pourtant les richesses. Le populisme repose sur la compréhension du peuple comme un ensemble d’individus uniformes poursuivant des objectifs identiques et/ou identifie des coupables qui empêchent l’atteinte de ces objectifs (migrants, médias, élite..).
On a pu observer à quel point les citoyens se sentent éloignés de l’UE lors du referendum du Brexit par exemple. Avec un taux de participation de 72 %, le « oui » a triomphé à 51, 9 % contre 48,1 %. Le lendemain, la clé de recherche la plus utlilisée sur Google en Angleterre était « Qu´est ce que l´Union Européenne ? ». En France, ne pouvons pas nous prévaloir d´un intérêt beaucoup plus élevé aux enjeux européens : Le taux de participation aux dernières élections européennes était de 48 %.
Et pourtant, l’influence de l’union européenne sur notre quotidien est majeure : 50 % de la législation française aujourd’hui est du droit européen, 64 % des exports français vont dans des pays européens et bénéficient de la zone franche qu´est l´UE. Et, nous vivons en paix ; Il n’y a pas eu de guerre en Europe depuis la création de la première communauté européenne, la CECA. Ça fait un total de 70 ans, soit la plus longue période de paix de toute l’histoire de l´Europe.
Que nous soyons des défenseurs ou des critiques de l´Union Européenne (Ou un peu de deux), on ne peut ni nier l´importance qu´elle a dans le monde d´aujourd’hui ni le fait qu´il y a définitivement des améliorations à apporter.
La démocratisation de l’UE, sa proximité avec les populations, ne sera déclenché ni par l’inaction ni par une opposition absolue, mais par un engagement informé et constructif. Un engagement que nous souhaitons encourager par nos cafés pédagogiques organisés en vue des élections européennes en Mai.

A l’occasion des élections européennes , nous avons souhaité apporter notre concours à la construction d’une union Européenne plus juste et solidaire. Rappelons que l’UE est la seule expérience de démocratie supranationale au monde.
Nous cherchons à donner aux citoyens la possibilité de former leur propre opinion (y compris de la critique constructive) à l’égard de l’Union européenne à partir d’une présentation factuelle et complexe mais facile à comprendre, et d’échanges entre les participants.

Le format « café pédagogique » est un format de l’éducation populaire, d’éducation pour tout-es et par tout-es. Ce sont des soirées publiques et gratuites ouvertes à toutes les personnes qui souhaitent venir partager collectivement des réflexions, des pratiques. La soirée est conviviale et se déroule autour d’un rafraîchissement.


Un café pédagogique se déroule en 4 temps :

  • Une partie ressource qui sera composée d’une présentation du fonctionnement et de l’histoire de l’union Européenne et des sujets d’actualité tels que le Brexit, l’euroscepticisme, les partis européens, leurs objectifs, et un enjeu transnational qu’est le changement climatique. La présentation sera illustrée par le témoignage de 2 jeunes filles, vivant dans des pays frontaliers de l’UE (l’Ukraine et l’Arménie) qui expliquent, la situation politique dans leur pays et leur vision de l’Union Européenne.
  • La partie café ; En petits groupe, les participants sont invités à réfléchir à une question posée. Ce temps permet de se rencontrer, d’échanger à partir de la ressource, sur les impressions, les pratiques et les positionnements de chacun-e.
  • Le partage : les participants reviennent en grand groupe et échangent leurs réflexions en construisant des hypothèses et des analyses.
  • Une conclusion des échanges et une explication du déroulement des élections européennes (le mode d’élection, les listes des partis européens) est proposée par les organisatrices.

Lors des 9 cafés pédagogiques que nous avons organisés jusqu’a aujourd’hui, les débats ont été à chaque fois différents et toujours très enrichissants. Nous espérons en avoir encore avec vous lors de nos deux prochaines séances:

  • le 23 avril à 17 h à la Maison des Associations à Dijon (2 Rue des Corroyeurs).
  • le 6 mai de 14h à 16h à la résidence autonomie les Hortensias (15 avenue de Bourgogne à Besançon)